La Vermifugation


Les vers sont nos pires ennemis , puisqu'ils profitent à notre place de tous les nutriments contenus dans l'alimentation distribuée, et qu'ils peuvent causer de graves dégâts, parfois mortels, dans notre organisme

Voici ci-dessous un récapitulatif des vers:

Les parasites internes :

Les parasites des chevaux sont des helminthes (vers). L'intestin est l'organe cible et le passage obligatoire de la majorité des parasites. Le parasitisme se transmet par : (Ingestion des larves, issues des œufs des helminthes) -dans les crottins (coprophagie) -dans l'herbe -sur les murs des boxes -sur les poils des chevaux eux-mêmes -par le lait maternel -piqûres des moucherons -migration des larves à partir d’une plaie

 

Les parasites externes :

Il y a toute sorte de parasites externes, selon les régions et les conditions du cheval. Je vais vous décrire les plus fréquents. Les volants : Les mouches : Bien que très fréquentes, les mouches sont relativement bien tolérées par le cheval. Celui-ci possède d'ailleurs des moyens de défense naturels pour s'en débarrasser : la crinière, la queue et un muscle particulier, le muscle peaucier qui lui permet de faire vibrer sa peau énergiquement. Cependant, certaines mouches pondent des oeufs sur les plaies qui ont alors tendance à bourgeonner de manière excessive sans jamais se refermer. Les lésions provoquent d'importantes démangeaisons et, en l'absence de soins, les plaies ne cicatrisent qu'après la saison chaude. Les mouches plates : Les mouches plates rencontrées essentiellement au sud de la Loire, sont une espèce particulière qui vit entre les cuisses du cheval ou à la marge de son anus. Leur forme les empêchent d'être écrasées et elles sont particulièrement résistantes. Elles se déplacent en crabe sur la peau et provoquent des démangeaisons. Les animaux qui ne sont pas habitués à ces parasites ont des réactions souvent violentes. Les taons : Plus agressifs, les taons provoquent des piqûres douloureuses suivies d'une réaction inflammatoire. Ils sont heureusement moins nombreux que les mouches qui s'agglutinent autours d'eux. Lorsqu'ils sont très gros, il sont capable de piquer dans la peau épaisse (dos, croupe). Ils sont particulièrement agressifs l'été. Peu d'insecticides sont efficaces contre eux. Les autres : Les tiques : Les tiques sont des acariens ectoparasites. Elles passent une partie de leur vie sur la peau de nos chevaux ou d’autres animaux, se nourrissant de leur sang grâce à un rostre.

 

Elles vivent dans les bois et dans la végétation épaisse, où elles grimpent sur les herbes. Contrairement à beaucoup d'idées reçues, les tiques ne tombent pas des arbres. Dans les lieux infestés, autour des points d'eau notamment, on peut en trouver par exemple jusqu'à 5 ou 6 sur une seule feuille d'ortie. Elles se détachent de leur victime gorgées de sang, après un repas qui peut durer plus d'une semaine. Si elles portent une maladie, les tiques peuvent tuer l’animal. Sinon faire un simple bouton…

Les oeufs de gastérophiles :

 

Le cheval en se grattant les membres favorise l'éclosion des oeufs, qui se transforment donc en larves. Ces larves peuvent parfois atteindre la bouche ou le rectum du cheval puis rejoignent les muqueuses gastriques ou rectales, selon les espèces, et s'y fixent. La plupart du temps ces larves seront évacuées dans les crottins au printemps suivant. Cependant lors d'infections sévères, elles peuvent causer des ulcères (lésions des muqueuses) qui peuvent être à l'origine de perforations gastriques et de coliques. En bref il n'est pas seulement esthétique d'enlever ces minuscules grains jaunes bien accrochés aux antérieurs de nos chevaux.

REMEDES

Pour les tiques : La meilleure façon de prévenir les maladies portées par la tique est d'éviter la piqûre. Une inspection soigneuse du corps après les promenades ou activité en forêt permet de détecter et enlever les tiques avant qu'elles aient eu le temps de transmettre la maladie de Lyme. Il existe aussi de nombreux produits répulsifs, mais dont l'efficacité n'est pas toujours évidente. Si la tique est découverte, il faut la retirer rapidement car le risque de contamination augmente avec la durée du contact. Saisir la tique au plus près de la peau à l'aide d'une pince à tiques (vendue en pharmacie) ou par défaut d'une fine pince à épiler non coupante. L'utilisation d'outils spécialisés permet et demande parfois d'effectuer un mouvement rotatif tout en tirant la tique. Toutefois, si vous employez une pince à épiler, veillez à tirer droit vers l'extérieur et d'un coup sec, ceci afin d'éviter tout mouvement de torsion qui pourrait détacher la tête du corps. Une fois la tique retirée, ne pas oublier de bien désinfecter.

Pour les volants : La lutte contre les insectes doit être menée à la fois sur le cheval et dans son environnement. Le traitement de l'environnement consiste à débroussailler les pâtures, à assécher les mares et à drainer les prés humides. Dans les abris, on peut placer des insecticides. Sur l'animal, ou pourra utiliser une moustiquaire pour les yeux, laisser pousser la crinière et la queue. Lorsqu'ils sont deux, les chevaux se placent tête-bêche pour se protéger mutuellement. Il existe de nombreux produits insecticides qui ont une durée d'efficacité plus ou moins longue. Le problème chez le cheval est sa sudation qui limite la durée. Il faudra faire plusieurs essais pour trouver le produit idéal.

Pour les parasites internes : Les signes qui peuvent vous alerter : - Une perte de l'état général de votre cheval, amaigrissement, coliques. - Une queue râpée : s'il se frotte continuellement le derrière à cause de la démangeaison sa queue est toute râpée. - Des crottins qui "bougent" : dès que votre cheval fait ses crottins examinez les soigneusement pour vous assurer qu'ils ne contiennent pas d'œufs ou de petits vers qui s'agitent dans tous les sens. - Un poil terne : le poil d'un cheval parasité est souvent terne. - La présence d'oeuf jaunâtres sur les membres et le corps de votre cheval. - Une Toux répétée : migration de certains parasites. - Des saignements de l'anus : lésion des intestins.

Quand vous vermifugez votre cheval vérifiez bien la dose de vermifuge à utiliser suivant son poids. Pour administrer le vermifuge efficacement entrouvrez la bouche de votre cheval en lui " chatouillant " la langue au niveau de la barre, saisissez sa langue à pleine main et tirez la, sans hésiter, vers l'extérieur. Introduisez le vermifuge le plus profondément possible puis conservez la tête de votre cheval le plus haut possible en lui massant l'œsophage. Changez régulièrement de molécule afin que les parasites ne deviennent pas résistants à votre vermifuge. Pour les juments en gestation et les poulains, vérifiez bien que votre vermifuge est sans danger.

Pour les œufs de gastérophiles : Utiliser du vinaigre chaud et un peigne, ou à défaut et en faisant bien sûr très attention, une lame de rasoir ou un couteau bien aiguisé, en raclant les oeufs parallèlement à la peau. Sinon on trouve dans les selleries des instruments à dents destinés à cet usage, qui sont parfois efficaces... A vous de trouver votre solution!

 

Calendrier de la vermigufation.

 

 

Accueil