Hygiène


Par définition, l'écurie est un endroit chaud et humide, en général peu ventilé (surtout en hiver), où microbes et parasites du cheval ont plaisir à se réfugier et à se développer, provoquant maladies respiratoires, digestives ou dermatologiques chez les chevaux .

Il est donc primordial, pour limiter les risques d'apparition et de contagion de ces parasites et maladies, de prendre quelques précautions auxquelles l'homme ne pense pas toujours, mais qui s'avèrent aussi simples qu'efficaces... D'une manière générale, une écurie propre et sèche est un gage de bonne santé pour le cheval

*Aérer régulièrement les écuries intérieures, quand les chevaux sont sortis pour éviter les courants d'air. Cela permet de renouveler l'air et d'éliminer les germes, les parasites, et les poussières microscopiques qui y vivent en suspension.

* Ne pas laisser s'installer la moisissure, qui est susceptible de véhiculer des toxines nocives pour les voies respiratoires et digestives des chevaux, mais aussi celles des humains , et qui provoquent des mycoses..

* Attribuer à chaque cheval son matériel de Pansage, rangé dans un sac séparé, et son tapis de selle, le tout marqué à son nom pour éviter les échanges. Certains parasites comme la teigne ou la gale se transmette très vite, et par simple contact avec les brosses d'un cheval malade. Il est toujours très difficile et long de se débarrasser de ces maladies très contagieuses, autant limiter leur transmission à la source.

* Rincer le mors du cheval après chaque utilisation, par soucis de propreté et pour éviter les blessures des lèvres, dont la peau très fine est très sensible à tous les résidus de salive ou d'herbe qui sèchent sur le mors après le travail.

* Vidanger les abreuvoirs des chevaux régulièrement, pour éliminer les restes de nourritures qui y tombent quand le cheval boit en mangeant, fermentent et pourrissent rendant l'eau inconsommable. Nettoyer au gel javel avec un balai à vaisselle, bien rincer puis remplir d'eau fraîche. L'idéal est de la faire tous les jours, en même temps que le curage des boxes.

* Faire tremper régulièrement dans une solution d'eau de javel les éponges utilisées pour les muqueuses du cheval, qui sont des nids à microbes. Rincer longuement et faire sécher avant de ranger.

* Isoler l'aplatisseur à céréales dans un local fermé pour limiter l'envol des poussières, qui irritent les bronches des chevaux et provoquent allergies, toux, conjonctivites et emphysème .

* Retirer régulièrement les toiles d'araignées, qui outre l'aspect sale qu'elles donnent aux locaux, retiennent les poussières, et avec elles les germes, parasites et microbes qui s'y développent tranquillement à l'abri des regards, généralement en hauteur prêts à tomber directement dans les naseaux des chevaux les plus curieux.Beaucoup disent qu'elles servent à pieger les mouches mais mieux vaut une mouche qu'un microbe!

* A chaque curage complet des boxes, asperger le sol d'une solution désinfectante, avec un pulvérisateur, ou au pire un arrosoir muni d'une pomme, en s'assurant que le produit utilisé est bien compatible avec les animaux domestiques (non toxique). Si possible laisser sécher avant de repailler et de rentrer le cheval dans son box.

* Evidemment, curer les boxes et les abris aussi souvent que possible est LA première mesure d'hygiène à respecter dans une écurie, qui évite les émanations d'ammoniaque (toxique pour les poumons équins et humains), les fourchettes qui pourrissent, et le développement des parasites digestifs ou des larves d'insectes pondues directement sur les crottins des chevaux..

* Ne pas laisser les poils, les crins et les crottins s'amasser dans les aires de douche et de pansage. Au moment de la tonte puis de la perte des poils d'hiver des chevaux, le mieux est de brûler les poils à l'extérieur, pour éviter aux éventuels parasites qui ont pu s'y réfugier de contalminent le reste de l'écurie.

* Si possible, prévoir un box "de transit" un peu à l'écart des autres, pour y mettre chaque cheval nouvellement arrivé (ou malade) pour l'isoler du reste du cheptel, le temps d'observer s'ils ne sont pas porteurs d'un germe contagieux . A chaque changement de box, désinfecter entièrement celui-ci avant d'y installer le nouvel cheval .

* Avant de balayer le sol ou d'y passer le souffleur, arroser grossièrement avec un arrosoir muni d'une pomme, pour fixer la poussière au sol et éviter qu'elle s'envole dans les bronches des chevaux. L'idéal étant de toute façon de balayer quand les chevaux sont hors de l'écurie.

* Stocker les aliments, les fourrages et litières dans un endroit sec et aéré, toujours pour limiter le développement des moisissures, dont l'ingestion par le cheval peut être mortelle pour certaines d'entre elles (fuminosine du maïs par exemple).

* De même, éloigner les rongeurs des aliments, car ils sont porteurs (entre autre) de la leptospirose, une maladie bactérienne qui peut rendre le cheval aveugle. Les aliments souillés par leurs crottes et urines risquent donc de transmettre cette maladie à tous les chevaux d'une écurie...

* Ne pas laisser de pain sec à l'air libre dans les écuries. Il attire les rongeurs et moisi très facilement, tout en restant humide en permanence. L'idéal est de le stocker avec les aliments, ou au pire dans la sellerie, dans une boite hermétique, au fond de laquelle on peut mettre une vieille chaussette remplie de litière à chat pour pomper l'humidité ambiante. Il faut bien la secouer dehors pour éliminer la poussière de litière avant de la placer dans la boîte, et la changer régulièrement.

* Si un cheval est atteint de la gale ou de la teigne, ramasser ses poils (avec des gants pour la gale, fortement transmissible à l'homme) après chaque pansage et les faire brûler. Attention de ne pas avoir de chien ou de chat présent pendant le pansage, car les poils du cheval se fixe sur eux et les contaminent.

* Ne pas laisser de restes d'aliments d'un cheval dans sa mangeoire avant de donner la ration suivante. Ils ont tendance à fermenter avec la salive, et peuvent rendre les nouveaux aliments inconsommables.

* Faire tremper les brosses, étrilles, chiffons, peignes à crinière... une fois par semaine dans une solution de javel pour qu'ils restent propres et efficaces lors des pansages suivants, et pour éliminer tous les parasites que le cheval est susceptible de porter. Les guêtres en synthétiques peuvent subir le même sort (attention aux couleurs tout de même), et les tapis de selle doivent être lavés également une fois par semaine, avec un peu d'alcool ménager dans la cuve de la machine pour bien les désinfecter...

 

 

Accueil